Depuis des années, on pratique l’art du « burusera » au Japon. Cela consiste à vendre des culottes sales, c’est-à-dire déjà portées par des jeunes filles. Des centaines de distributeurs automatiques de sous-vêtements sales ont alors trouvé la vie à Tokyo. Ce phénomène s’est par la suite répandu dans les pays anglo-saxons. À l’heure où l’on parle, c’est devenu un marché en pleine expansion en France.

Comment ça marche ?

Après avoir porté les culottes pendant 1 à 4 jours, les vendeuses de culottes usagées mettent en vente leur article sur le site vends-ta-culotte.com. Chacune d’entre elles en vend à peu près 2 par semaine. Une culotte usagée coûte en moyenne 25 euros. Cependant, le prix peut grimper jusqu’à 300 euros.

Contrairement à ce que l’on pense, cela n’est pas chose facile. Le boulot ne s’arrête pas au port de la culotte, il consiste également à être bonne vendeuse. Pour cela, la vendeuse doit tout d’abord être sympa. Il s’ensuit qu’elle doit personnaliser son offre de vente avec des photos, voire même des vidéos, ce qui demande pas mal de temps et d’effort.

Après accord préalable, la transaction se passe entre la vendeuse et le client majeur, en suivi postal la plupart du temps.

Pourquoi vendre ça ?

La vente de tel article est tout d’abord une question d’argent. En effet, recevoir entre 100 et 500 euros peut arrondir les fins du mois. Avec cet argent, on peut se permettre un petit caprice de temps en temps. Ce n’est pas seulement ça, mais c’est beaucoup plus.

La plupart des femmes qui pratiquent ce genre de hobby le font aussi pour le plaisir, non seulement pour l’épanouissement sexuel, mais aussi et surtout pour se faire désirer par beaucoup d’hommes. Au réveil comme avant de dormir la nuit, le client pense à celle qui lui a vendu la culotte, ce qui procure une réelle satisfaction à la vendeuse.

Qui achète des culottes usages ?

8 % des clients sont des femmes. La plus grande part de la clientèle reste cependant des hommes âgés de 18 à 40 ans. Les deux tiers des clients sont principalement célibataires. Toutefois, cela n’empêche pas ceux qui sont en couple d’acheter des culottes usagées. Cela pourrait être traduit comme étant un moyen de fantasme sans tromper sa partenaire.

Pourquoi acheter ça ?

La principale raison est en fait l’odeur. En effet, si les clients achètent la culotte à un prix élevé, c’est principalement pour l’excitation de l’odeur. 30 % des clients quand ils reçoivent leur commande sentent la culotte. 31 % d’entre eux se masturbent avec. 13 % des clients portent les culottes commandées, 12 % la rangent. Certains clients s’en servent de doudous. C’est peut être dégueulasse de savoir ça, mais certains clients vont même jusqu’à lécher la culotte. L’une des raisons est aussi l’histoire liée à la culotte. La dernière raison et non la moindre est la discrétion et la fiabilité de l’achat.