À l’heure actuelle, tout se vend et les dessous usagés pourraient également vous rapporter gros. Apparemment, les fans des panties adultes sont prêts à payer cher pour des culottes sales, des strings sales, des culottes mouillées ou simplement portées pour nourrir leur fantasme.

Le phénomène de la culotte usagée

La pratique est née au Japon, elle est connue sous le terme de Burusera, qui signifie « la commercialisation de petites culottes de lycéennes ou d’étudiantes ». À l’aube des années 1990, des distributeurs automatiques à Tokyo sont dédiés aux sous-vêtements sales. Sous peu, le phénomène a commencé s’élargir en dehors du continent de l’Asie et se propage dans les pays anglo-saxons.

C’est à travers le réseau internet que le procédé s’amplifie et se répand. Au tout début, les vendeuses ont mis en vente leurs culottes usagées sur des simples sites d’annonces. Ensuite, le commerce envahit la toile, des sites spécialisés sont créés et les réseaux sociaux contribuent à l’accroissement du marché. À l’heure actuelle, vendre ses culottes utilisées pour gagner de l’argent devient une activité très fructueuse voire même les principales sources de revenus de certaines femmes.

Pourquoi des culottes utilisées ?

Utiliser des dessous, qui au préalable ont déjà servi à quelqu’un d’autre pourrait laisser plus d’un perplexes. Selon un petit sondage, 31 % des hommes admettent qu’ils se masturbent avec, 30 % s’en servent en les sentant, 13 % préfèrent plutôt les porter, 12 % les rangent et 8 % les lèchent. Pour les adeptes de la pratique, leur fascination pour les culottes utilisées ne reflète en rien un problème psychologique. Il s’agit plutôt d’assouvir les fantasmes et le fétichisme, à travers le sentiment de se sentir proche de l’intimité féminine que procurent les culottes usagées. L’idée essentielle est de rechercher la satisfaction au niveau sexuel. De la texture aux différentes odeurs de cette catégorie de lingerie, il existe plusieurs aspects de ce type de fétichismes. Il y en a pour tous les goûts, tous les souhaits sont exaucés, des clients font même preuve de spécificités dans leur demande.

Où vendre et/ou acheter ces fameuses culottes usages ?

Au préalable, il faut savoir qu’il s’agit d’une activité parfaitement légale, qui s’exerce entre majeurs consentants. Pour l’essentiel, les transactions se passent sur internet. Toute une large gamme de sites en propose. D’ailleurs, de plus en plus répandue, à chaque zone correspond désormais un point de vente ou un site de culottes utilisées. Le prix est fixé en fonction de la période pendant laquelle les culottes ont été portées, plus elle est longue, plus le prix augmente. Par ailleurs, mis à part les culottes, les bas, les chaussettes et les collants, les tampons et serviettes hygiéniques et les soutiens-gorge peuvent être également mis en vente.

Et pour les femmes, l’équivalent masculin a été créé. Des sites qui proposent des slips contenant des sécrétions masculines ont vu le jour récemment.