« Ma culotte de 3 jours vaut de l’or ! »
Vous avez bien lu, oui, une culotte de trois jours. Qu’est-ce qu’on ne trouve pas sur internet, de nos jours ? Une jolie petite culotte sale et bien odorante. Un bien grand fantasme pour de nombreux fétichistes. Dernièrement, les culottes usagées se vendent à un prix fou. Selon les statistiques, plus la culotte est portée longtemps, plus elle coûte cher. Imaginez alors combien vaut une petite culotte usée depuis 3 jours et plus !

« Orange is the new black ». Cette série de Netflix vous a probablement mis la puce à l’oreille concernant la vente de ces petits sous-vêtements second hand. Mais cette pratique date depuis bien plus longtemps que vous ne le pensiez. C’est en 1990, au Japon, qu’est né le « burusera », le phénomène qui consistait à acheter les culottes sales des étudiantes grâce à des distributeurs automatiques. Plus tard, cette tendance fétichiste a traversé les limites du continent asiatique et a trouvé son influence chez les Anglo-Saxons, particulièrement aux USA. Les débuts de la commercialisation se sont faits via de petites plateformes d’annonces diverses. Puis, cette pratique ayant connu de plus en plus d’essor, des sites spécialisés ont vu le jour. Ce sera un peu plus tard que les Français adopteront à leur tour cette tendance coquine, avec une culotte usagée au prix de 25 à 300 €, dépendant des critères des acheteurs.

La vente des culottes usagées arrondit les fins de mois de beaucoup de Françaises. En tant que fétichistes, cela se fait sans honte et sans tabous. Au contraire, cela procure de la confiance en soi et un certain plaisir. De plus, c’est tout à fait légal, du moment que les 2 parties, acheteur et vendeur, soient majeures et approuvent leur acte. D’accord, mais pourquoi des culottes sales, dites-vous ? N’est-ce pas bizarre ? Cela ne serait-il pas écœurant ? Des milliers de questions trottinent dans votre tête. 70 % des hommes de 18 à 40 ans raffolent de ces culottes et fantasment dessus. Ce sont de vrais accessoires de masturbation qui font prendre un pied fou à certains. D’autres les sentent, d’autres les portent, d’autres gâtent leurs papilles gustatives avec et une petite partie les rangent dans leur tiroir pour remplir leur collection. Sexy et coquin.

Il existe des sortes de petites culottes sales vendues en ligne par millier. Que vous soyez plutôt string, tanga, boxer, préfériez la dentelle ou la douceur du coton, appréciez les motifs à pois, les rayures ou les petits dessins drôles, vous trouverez des culottes pour tous les goûts, et pour toutes les odeurs ! Les plus grands amateurs auront des exigences particulières. Il y a ceux qui aiment bien les culottes « champagne », c’est-à-dire celles qui regorgent d’urine, il y a ceux qui ont un penchant pour ceux avec les saignements menstruels, il y a ceux qui préfèrent les sous-vêtements remplis de substances blanchâtres. Les fétichistes avoués y trouveront leur plaisir en soldant leur culottes usages pour un peu de cash.