La vente de culottes usagées, le nouveau e-business a de l’avenir ! Ce passe temps jugé étrange par beaucoup s’est transformé en petit job comme les autres pour arrondir les fins de mois. Et non, il n’y a pas qu’au Japon qu’un tel marché a du succès. En effet, aujourd’hui vendre ses petites culottes usagées sur internet, c’est non seulement possible, mais c’est facile et très demandé. Les sources d’inspiration sont d’ailleurs intarissables. Petites culottes, shorties ou strings, tout fait l’affaire tant que la lingerie a été portée. Les dessous sont des objets érotiques cultes que les hommes s’arrachent via des sites internets dédiés au marché. La commercialisation de petites culottes s’est aujourd’hui répandu dans le monde entier. Alors, comment s’y prendre pour en faire une activité rémunérée régulière et légale, sans prendre de risque ni craindre les jugements de son entourage ? Voici quelques conseils.

Il existe de nombreus sites, des plus classiques aux plus excentriques. Il faut tout d’abord créer le votre ou vous créer un profil sur un site légal existant. Ce qui plaît aux clients, c’est un univers particulier, qui révèle votre personnalité et vos envies personnelles. Il s’agit ainsi d’échanger avec des clients qui deviendront des réguliers. Les vendeuses de lingerie sale ou usagée fixent elles-mêmes leur prix, présentent leurs produits, nouent des relations plus ou moins imtimes ou commerciales avec des fans. Les sites internet prennent ensuite en charge le paiement sécurisé et l’envoi. Plusieurs techniques et donc plusieurs prix sont possibles pour chaque sous-vêtement. En général, les culottes se vendent entre 20 et 30 euros, mais pour une très belle pièce ou des demandes très spécifiques (sperme, pertes, règles…), les prix peuvent immédiatement grimper pour atteindre des centaines d’euros. De nombreuses femmes gagnent ainsi près de 400 euros par mois. Un vrai complément ! Il faut également apprendre gérer sa garde-robe intime afin de la renouveler régulièrement. Votre activité peut ainsi être un simple passe-temps occasionnel ou une activité économique quotidienne.

Nul doute en tous cas que les amateurs sont aujourd’hui très nombreux. Le succès des plateformes de culottes usagées est donc assuré. D’autant qu’il est possible de vaire varier vos ventes, en proposant des bas, collants, soutien-gorges… Ce qui intéresse les acheteurs coquins, ce sont principalement les odeurs. Celles de transpiration, de plaisir, de saleté. Toutes ces odeurs attirent et font monter les prix. Il est important de bien comprendre que ce marché ne pose aucun souci d’hygiène. Il faut sortir de ces clichés.

Le principe de ces plateformes d’e-commerce tient au succès de la fameuse “voisine d’à côté”. Il s’agit de filles normales, de la vie de tous les jours, amatrices et un peu coquines, qui font un business comme des femmes d’affaires. Elles mêlent la motivation financière à la stimulation de l’inconnu. Toutes les transactions sont en outre sécurisées et la véritable identité de la vendeuse est ainsi toujours protégée. Et n’oubliez pas que les amateurs sont nombreux. Des études statistiques ont d’ailleurs été réalisées afin de déterminer les clients des plateformes de vente de culottes usagées. Voici ce qu’il en ressort : en moyenne les plus intéressés sont des hommes de 18 ans, qui souhaitent acheter des culottes ayant été portées deux ou trois jours avant d’être vendues. Celles-ci se cèdent à l’unité 50 euros en moyenne, même si les prix peuvent rapidement grimper. En général, plus la culotte a été portée et plus les prix s’enflamment. Alors n’ayez plus peur du regard critique, ou de manquer de respect aux femmes. En effet, il existe désormais un nouveau site masculin sur lequel les hommes aussi peuvent vendre leurs slips et caleçons usagés…